/CONCERTS

Christian PABOEUF  ”LES CHEMINS ALÉATOIRES”

SAM 01 MAI | 1ère séance 20:00 - 2ème séance 21:45

OUVERTURE DES PORTES À 19H40

CHATEAU D’EYMET

TARIF PLEIN 16€ / RÉDUIT 14€  INFOS TARIFS & RÉSERVATIONS

RÉSERVATION CONSEILLÉE

PAS DE RESTAURATION (EN RAISON DE L’ETAT D’URGENCE COVID-19)

Christian Paboeuf joue du hautbois, de la flûte à bec basse et du vibraphone. A moins d’entrer dans l’arène comme un jeune lion et d’en faire un élément du spectacle, il n’y a guère là aujourd’hui de quoi pavoiser aux Champs-Elysées du jazz. Aussi s’est-il fait une spécialité depuis une trentaine d’année d’accompagner les images des autres. Non pas en improvisant, comme l’ont fait certains avec plus ou moins de bonheur, mais en composant pour elles. Il a parcouru le monde avec Laurel et Hardy, Hitchcock ou Carl Dreyer. Il s’est depuis peu décidé à laisser la bride sur le cou à sa musique en lui laissant vivre sa vie. Une épreuve de vérité en quelque sorte.

Paboeuf a un passé, dans le prog-rock, le jazz, la musique contemporaine, au théâtre, aux lumières ; une sensibilité, à la forme, aux timbres ; une présence, à l’instrument. Ses compositions, animées ce soir-là par le quartet qu’il a formé de musiciens « aquitains », ont été superbement servies par la tendresse rigoureuse, le lyrisme sous contrôle de Régis Lahontaa (tp, fgh, ss), le soutien sans faille de Xavier Duprat (p) et la précision dans la retenue de Pierre Thibaud (dms) – qui sait aussi jongler avec ses grelots.

Essentiellement tirées de l’album qui vient de paraître, Les chemins aléatoires, leur consistance s’est magistralement passée des plans pour lesquels elles ont été conçus. Ferme structure ouverte à de libres échappées, ostinatos mesurés – à la différence de l’usage souvent abusif qui en est fait dans le jazz de conservatoire –, science des couleurs où s’allient fraîcheur et vivacité, puissance et transparence, elles se sont parées d’arrangements qui, comme un prisme a fait chatoyer la profonde unité sonore de ce quartet sans contrebasse.


Christian Paboeuf (Fra) vibraphone, hautbois / Régis Lahontaa (Fra) trompette / Xavier Duprat (Fra) Piano / Pierre Thibaud (Fra) batterie

Concert soutenu par :

/CONCERTS

Christian Paboeuf joue du hautbois, de la flûte à bec basse et du vibraphone. A moins d’entrer dans l’arène comme un jeune lion et d’en faire un élément du spectacle, il n’y a guère là aujourd’hui de quoi pavoiser aux Champs-Elysées du jazz. Aussi s’est-il fait une spécialité depuis une trentaine d’année d’accompagner les images des autres. Non pas en improvisant, comme l’ont fait certains avec plus ou moins de bonheur, mais en composant pour elles. Il a parcouru le monde avec Laurel et Hardy, Hitchcock ou Carl Dreyer. Il s’est depuis peu décidé à laisser la bride sur le cou à sa musique en lui laissant vivre sa vie. Une épreuve de vérité en quelque sorte.

Ses compositions, animées ce soir-là par le quartet qu’il a formé de musiciens « aquitains », ont été superbement servies par la tendresse rigoureuse, le lyrisme sous contrôle de Régis Lahontaa (tp, fgh, ss), le soutien sans faille de Xavier Duprat (p) et la précision dans la retenue de Pierre Thibaud (dms) – qui sait aussi jongler avec ses grelots.


Christian Paboeuf (Fra) vibraphone, hautbois / Régis Lahontaa (Fra) trompette / Xavier Duprat (Fra) Piano / Pierre Thibaud (Fra) batterie